La charge mentale (ou le syndrome du hamster dans la roue)

« T’as pensé à vider le sèche-linge et lancer une autre tournée ? T’as fait le bulletin de salaire de la nounou ? Payé la cantine? Meeeerde, j’ai pas encore passé la commande sur le Drive ni épluché les légumes pour ce midi, ni … STOP. »

Petit hamster, arrête de tourner dans ta roue !

J’en peux plus de ces journées multi-fonctions où je jongle entre la casquette de maman, cuisinière, prof (ouais, tout le temps en vacances mais faut bien bosser un peu quand même…), gestionnaire, intendante. Je veux du repos. Je veux un des mojitos. Une plage et des tapas à Barcelone.

J’ai l’impression d’être tout le temps débordée alors que je ne fais rien de marquant ou de vital. J’aimerais juste prendre le temps. Le temps de quoi déjà ? C’était comment avant ? Avant la vie à 3, à 4 ? On avait du temps pour glander  profiter ? Et au final on en faisait quoi de ce temps libre ? Je ne me souviens pas, ça devait pas être si génial comparé à mes marathons hebdomadaires !

J’ai essayé les to-do-lists (j’ai tenu 3 jours), j’ai essayé le lâcher prise mais ça, ça peut marcher uniquement si ta moitié n’est pas accro à l’ordre et au rangement, ce qui n’est pas le cas ici. Et puis, comme j’en avais marre de tourner dans ma roue, j’ai décidé de « faire au mieux ».

Après tout, c’est toujours un peu ce qu’on fait quand on est parent, non ? On n’a pas de recette, pas de guide de survie, on fait juste au mieux. Alors, on en finit avec la sacro-sainte culpabilité ! Oui, je m’autorise maintenant des petits pots industriels « de secours » parce que parfois je n’ai juste pas le temps ou pas que ça à faire et ça ne fait pas pour autant de moi une mauvaise mère, oui je m’autorise quelques tournées de linge en retard, tant que l’entretien quotidien est assuré,on s’en sort… Je m’autorise même des déjeuners en solo au restaurant (bon ok, une fois par trimestre mais c’est toujours ça de pris !) et surtout je prends le temps, pas bien longtemps, juste quelques minutes pour m’asseoir, observer mes filles, les contempler, découvrir tout ce qu’elles savent déjà faire, tout ce qu’elles tentent d’apprendre et dans ces cas-là, je pense à ma petite roue de hamster et je vois qu’elle ne tourne plus. Elle et moi, immobiles à profiter du moment présent, du goût fugace du bonheur… Fugace, parce que faut pas déconner quand même… j’ai du linge à plier et un goûter à préparer moi ! 😉

 

Image associée

Publicités

8 réflexions sur “La charge mentale (ou le syndrome du hamster dans la roue)

  1. Natacha dit :

    J’adore!! C’est Tellement bien ecrit, chacune peut se reconnaître dans ce que tu écris , même si on n’a pas d’enfant , On se laisse Trop embarquée par cette fichue roue!! C’est trop agréable à lire vivement les prochains !

    Aimé par 1 personne

  2. BOUHIER dit :

    C’est super bien écrit Marie
    On est tous un moment donner un hamster pris dans cette roue de la vie où on trouve plus le temps de prendre et savourer les les bonnes choses de la vie
    J’ai hâte de lire tes prochains textes 😉❤️😍

    Aimé par 1 personne

  3. Nad dit :

    Ha, cette maudite roue !!!
    J’ai ma roue au boulot et quand j’en sors, je saute dans celle de la maison ! 😂
    C’est super bien vu Marie ! Tu sais trouver les mots justes.
    Je rajouterai à ta réflexion que nous sommes quand toutes des super woomen du quotidien et que cette chère moitié fan du rangement impeccable : il n’a qu’à ranger lui même !! 🤔😋

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s